La Charly Gaul
www.arnoldkontz-cycles.com www.echternach.lu www.inspiringluxembourg.public.lu www.ost.lu
In Deutscher Sprache DEUTSCH
in English ENGLISH

PLUS DURE SERA LA CHUTE ...

Pendant trois heures de course, la 29ème édition de La Charly Gaul s'est déroulée de façon quasi parfaite: la météo était excellente, les coureurs ont répondu présents en masse avec plus de 1.200 partants, les accros dans l'organisation étaient mineurs, les postes de sécurité présents sur le parcours et les courses se sont déroulés sans incident. Puis, ce fut le drame: en pleine descente, un coureur a heurté une voiture de plein fouet, son vélo catapulté en l'air puis brisé en deux sous le choc. Le jeune Belge est resté juché sur le sol, entre la vie et la mort. Ce n'est que grâce à l'intervention immédiate du médecin de l'épreuve, le Dr. Gaston Schutz, et à la collaboration efficace entre tous les maillons de la chaîne de premier secours, que la victime a pu être sauvée et se porte mieux depuis, pratiquement assuré de ne pas garder de sequelles de cet accident. Que l'on le veuille ou non, cette horrible chute, visible pour une grande partie des concurrents qui sont passés à l'endroit du drame alors que le coureur était encore inanimé au sol, pris en charge par les services médicaux, planera pour toujours comme une ombre sur une Charly Gaul très bon cru par ailleurs.

1.241 coureurs s'étaient inscrits sur les listes de départ de La 29ème Charly Gaul, ce qui en fait la troisième édition la plus peuplée de tous les temps après 2017 (1.360 participants) et 2013 (1.288 concurrents). Une soixantaine de coureurs n'ont pas terminé la course dans les règles ou dans les délais et ils sont donc 1.183 à se retrouver dans les listes de classement: 530 sur le parcours long de 153 kilomètres (45%) et 653 sur la boucle un peu moins corsée de 89 kilomètres (55%). Avec des itinéraires un peu moins longs et difficiles qu'en 2017, les coureurs ont donc massivement plébiscité le grand parcours, confirmant la tendance de ces dernières années et égalisant à quelques unités près le record de participation sur cette distance, datant de l'année passée. Une autre tendance s'est également retrouvée vérifiée cette année, celle de la participation féminine en légère augmentation. Comme l'année dernière, 80 filles ont pris le départ de La Charly Gaul, la proportion par rapport aux concurrents masculins augmentant donc légèrement (7% environ contre 6% en 2017). 24 participantes se sont inscrites sur le parcours long cette année, soit 2 de plus que l'année passée et autant que jamais auparavant dans l'histoire presque trentenaire de La Charly Gaul.

Malgré les championnats du monde Gran Fondo qui se disputaient en Italie le même week-end, le niveau des coureurs était élevé cette année, avec la présence de bon nombre de licenciés voir même professionnels, venus parfaire leur condition physique sur une épreuve réputée éprouvante sans pour autant nécessairement viser un classement: Michel Ries, stagiaire chez Leopard-Trek et 10ème au classement général du récent Tour de l'Avenir, l'ancien Differdangeois Thomas Deruette (maintenant pro chez WB-Veranclassic-Aqua Protect), les continentaux Colin Heiderscheid (Dauner D&DQ-Akkon), Marvin Tasset (AGO-Aqua Service) et Pit Leyder (Leopard Cycling Team), 3ème du Tour de Luxembourg cette année, Maxime Weyrich, le vainqueur du Souvenir Marcel Gilles à Contern en juin, Anne-Sophie Harsch du Maslandster Cycling Team chez les filles ou encore les coureurs de l'équipe régionale luxembourgeoise ont cotoyé les anciens coureurs professionnels Jérôme Gilbert et Frank Schleck ou encore des multiples vainqueurs de La Charly Gaul, Jérôme Giaux, Steve Decloux et Peter Schroen.

31 nationalités étaient présentes cette année à Echternach, mais les Belges, habitués à être bien majoritaires sur la ligne de départ, n'ont dépassé les indigènes que de 4 unités (305 Belges contre 301 Luxembourgeois), loin devant les 192 Français, les 156 Néerlandais et les 143 Allemands. Les pays du Bénélux et les voisins directs du Grand-Duché ont donc répondu pour plus de 80% des participants, mais plusieurs concurrents un peu plus exotiques sont venus égayer ces statistiques quelque-peu récurrentes: un Turque, un Slovène, un Monégasque, un Lituanien, un Cubain, un Costa-Ricain, un Grec, un Chinois, deux Islandais, deux Canadiens et même un Afghan ont répondu présent à l'appel de La Charly Gaul cette année. Yves Lehnert a terminé sa 29ème Charly Gaul à la 397ème place avec une très belle moyenne de 27 km/h (la même moyenne qu'en 2017), tandis que Nico Thoma s'est classé 527ème malgré des problèmes au dos qui ont failli venir à bout de son courage dans le final. Ces plus fidèles des fidèles ont donc participé à toutes les Charly Gaul sans exception depuis le début. Rendez-vous est donné d'ores et déjà en 2019 pour leur 30ème participation. Fait suffisamment rare pour être remarqué, il y avait également cette année un participant dans la catégorie des moins de 19 ans sur le parcours long, le jeune Jacques Gloesener terminant à une excellente 35ème place, à plus de 36 km/h de moyenne.

Côté parcours, l'édition 2018 était certes un cran en-dessous de celle de l'année passée, avec moins de kilomètres, moins de côtes, moins de dénivellation et moins de vues spectaculaires qu'il y a douze mois. Mais l'organisateur a dû composer avec un certain nombre d'imprévus et de chantiers dans la confection du parcours qui ont limités les possibilités de tracé. Tout le monde y a trouvé son compte cependant avec notamment la belle montée de Beaufort dès le début, à travers les rochers de la Petite Suisse Luxembourgeoise. La bonne vieille côte de Wahlhausen (5 kilomètres à 5,6 % de moyenne et des passages à près de 10 %) était le morceau le plus difficile sur le papier, tandis que les nouveau-venues côte de Landscheid et côte de Moestroff vers Hierzenhaff ont chauffé les mollets et présenté de très belles vues sur les vallées environnantes. La deuxième moitié de course avec notamment les côtes de Savelborn, de Consdorf et de Pafebierg n'a pas présenté grand-chose d'inédit, mais les bons vieux classiques ont fait l'affaire cette année.

LA CHARLY GAUL A (153 km)

Un bon 550 coureurs ont donc pris le départ du parcours de 153 kilomètres, sous un beau soleil malgré les 9 heures matinales sur la place du Marché à Echternach. Dès la première côte de la journée, 2 hommes ont pris les devants pour s'installer en tête de la course: Bart Peuters et Bjorn Koeman avaient une trentaine de secondes d'avance à l'entrée de Beaufort, sur un premier peloton d'une grosse centaine de coureurs, emmené par les Luxembourgeois Misch Leyder et Felix Schreiber, notamment. Après un regroupement, l'écrémage s'est poursuivi et, vers la mi-course, ils étaient encore une trentaine de coureurs en lice pour la victoire, parmi-eux Jérôme Gilbert, Thomas Deruette ou encore les Luxembourgeois Maxime Weyrich, Noah Fries, Misch Leyder, Rik Karier et Sandro Dostert. Le jeune Jacques Gloesener, unique représentant de sa catégorie à ce niveau, n'était pas loin dans un autre groupe, tout comme les Raphael Schweitzer, Max Larry ou Eric Meyers, alors que Michel Ries, Colin Heiderscheid et Pit Leyder avaient d'ores et déjà fait savoir qu'ils ne visaient pas de classement en s'arrêtant pour une causette au premier ravitaillement.

Quatre coureurs ont pris le large après la mi-course, bientôt réduits à trois lors du terrible accident qui a secoué la course du côté de Christnach. Témoins occulaires de la scène et sous le choque, Misch Leyder, Marvin Tasset et Anthony Spysschaert, les rescapés du quator de tête, ont hésité pendant un moment avant de poursuivre la route en tête de la course, tentant tant bien que mal de passer à autre chose. A 25 kilomètres du but, peu avant la dernière montée du Pafebierg, le trio avait une bonne minute d'avance sur cinq poursuivants: Rik Karier, Bjorn Koemans, Spas Guyrov, Thomas Deruette et Arthur Pagnaert. On pouvait alors raisonnablement estimer que la décision devait tomber entre ces huit coureurs puisque derrière eux, Maxime Weyrich et Matthias Van den Bergh étaient esseulés et que le prochain groupe, fort d'une vingtaine d'unités, suivait à plus de cinq minutes.

Dans la dernière côte de la journée, Misch Leyder, récent vainqueur d'une course régionale à Rochefort, en Belgique, a imprimé le rythme mais ses deux compagnons de route ne se sont jamais retrouvé en difficultés. Après avoir déjà terminé trois fois sur le poduim déjà (2010, 2014, 2015) et quatrième l'année dernière, Anthony Spysschaert sentait sa chance à portée de main, avec une bonne dizaine de participations déjà à son actif et, donc, une parfaite connaissance du final. Mais sur le papier, Marvin Tasset était certainement le grand favori: au service de l'équipe pro continentale AGO Aqua Service, le Wallon a participé cette année à des courses comme le Circuit Ardennais, la Flèche du Sud, le Tour du Jura, la Ronde de l'Oise ou le Tour du Val d'Aoste et est donc bien armé pour s'imposer sur un terrain accidenté comme celui de La Charly Gaul. Une 24ème place au Grand-prix d'Overijse a d'ailleurs démontré son bel état de forme, il y a moins d'une semaine. Derriere eux, Bjorn Koemans, 22ème cette année du Gran Fondo des Vosges, l'ancien champion de Bulgarie Spas Guyrov, le couruer professionnel Thomas Deruette, vainqueur cette année du Grand-prix de la Montagne au Circuit de la Sarthe, Arthur Pagnaert autre coureur de niveau continental vainqueur d'une course à Plombières début août, ainsi que l'ancien champion de Luxembourg chez les jeunes, Rik Karier, ne parvenaient pas vraiment à boucher le trou avec les trois hommes de tête.

Dans la vallée de la Sûre, direction Echternach et la ligne d'arrivée, le trio de tête ne s'est pas départagé, tant et si bien que la décision pour la victoire devait se faire au sprint, Marvin Tasset l'emportant avec deux longueurs d'avance sur Spyschaert et Leyder, laissés sans aucune chance. Une grosse minute plus tard, Arthur Pagnaert a prix la quatrième place, également au sprint devant Karier, Guyrov et Deruette. Le premier grand groupe, fort d'une vingtaine d'unités et qui contenait quelques protagonistes de l'année passée comme Baude, Wielfaert, De Wispelaere ou Dostert, est arrivé à plus de huit minutes du vainqueur.

Chez les DAMES, le suspense a duré jusqu'au bout puisque cinq concurrentes étaient au-dessus du lot et ont terminé la course dans un mouchoir de poche, à moins de vingt secondes d'intervalle. Il y avait là Manuela Freund, 2ème déjà en 2013 et 4ème en 2015 de La Charly Gaul, la triathlète Marjolein Truyers, qui a terminé troisième à Echternach il y a 12 mois, Floor Van den Brand, vainqueur du "petit" GranFondo des Vosges (142 km) cette année, Sanne Broeksma, championne d'Europe de duathlon en 2017 ou Joline Goossens, ancienne pro chez Lotto-Belisol, il y a quelques années déjà. Elles ont réussi à intégrer un deuxième groupe du peloton masculin dans la côte de Beaufort, première difficulté de la journée, à une bonne minute de la tête de course. Derrière elles, Anne Posthuma, qui courait au plus haut niveau de compétition dans les années 2015 et 2016, Franziska Leuchter, vainqueur de la cyclosportive Rad am Ring en 2017 ou Hilde Oudman, 6ème de La Charly Gaul en 2014, n'étaient pas loin mais n'allaient jamais parvenir à renter sur la tête de course féminine.

Dans la deuxième moitié de la course, Marjolien Truyers a réussi à s'établir en tête de la course et, à 25 kilomètres de l'arrivée, elle est passée avec deux petites minutes d'avance sur ses concurrentes Freund, Van den Brand, Broeksma et Goossens, alors que Posthuma, Leuchter et Oudman étant déjà à plus de 10 minutes à ce moment de la course. Au sommet de la dernière côte, du côté de Pafebierg, Truyers avait toujours une minute et cinquante secondes d'avance, mais c'est retrouvée tout seul sur la route par rapport à ses poursuivantes, répartis dans quelques petits groupes masculins qui n'allaient pas tarder à se regrouper.

Dans les derniers kilomètres en direction de la place du Marché à Echternach, sur le plat, ce petit peloton d'une bonne vingtaine d'unités s'est rapproché de plus en plus de Marjolein Truyers, accompagné d'un seul concurrent masculin. Le suspense était donc de mise mais finalement, la Néerlandaise a réussi à garder une quinzaine de petites secondes d'avance à l'arrivée. Marjolein Truyers s'est donc imposée dans la 29ème édition de La Charly Gaul devant Sanne Broeksma, Floor Van den Brand, Joline Goossens et Manuela Freund, qui ont franchi la ligne d'arrivée dans cet ordre en moins de quatre secondes d'intervalle. Pour Truyers, ce n'était pas la première victoire au Grand-Duché puisqu'elle s'était déjà imposée au triathlon de Weiswampach, il y a quelques années déjà. A plus de 32 km/h de moyenne, la Néerlandaise a terminé 148ème dans le classement commun avec les concurrents masculins, 3 petites places seulement devant sa dauphine Sanne Broeksma qui, elle, a pris une belle troisième dans le sprint de son groupe, à la 151ème place du scratch donc.

LA CHARLY GAUL B (89 km)

Sur le parcours de 89 kilomètres, les côtes les plus difficiles se situaient au début du parcours et, après l'enchaînement la trilogie Beaufort, Moestroff et Ermsdorf, le peloton était déjà sérieusement écrémé. C'est le coureur luxembourgeois Kevin Disteldorff, 46ème de La Charly Gaul 2017, qui menait la danse vers la mi-course, en solitaire et avec une trentaine de secondes d'avance sur un groupe d'une vingtaine de coureurs, comprenant plusieurs autres indigènes comme l'ancien champion national de cyclo-cross Luc Turchi, comme Sven Schmit, Jo Larry ou encore Ben Philippe, le 10ème des derniers championnats de Luxembourg sur route. Dans ce premier groupe, il y avait également des coureurs comme Ludovic Brochard, un habitué du Top 10 de la cyclo-sportive (meilleur classement: 5ème en 2014 et 2015), Sebastien Calmant, 7ème en 2014, Boris Odendahl, 8ème de La Charly Gaul B il y a douze mois, Romain Woklowicz, Tim De Baene, Kurt Van Laethem, Lorenzo Marasco, Sven François ou encore Michael Hilgers, qui avait déjà animé La Charly Gaul en 2014 bien qu'il n'avait terminé "que" 23ème. Derrière eux, il y avait un deuxième groupe d'une quinzaine de concurrents qui n'allait pas tarder à revenir, parmi-eux le double vainqueur de La Charly Gaul, Steve Decloux (2009 et 2012), ou encore d'autres habitués comme Max Waltey, Philippe Becker ou Patrick Rauen.

Nouvelle situation un peu plus loin: Disteldorff repris, c'est un autre coureur qui s'est installé seul en tête, en la personne de Romain Wolkowicz, autre tête connue à la cyclo-sportive Grand-Ducale puisqu'il a déjà terminé 3ème (2015) et 6ème (2017) de la course. A une trentaine de bornes de l'arrivée, au sommet de la côte de Lellig, le Belge avait une bonne minute d'avance sur un grand groupe de 35 coureurs, emmené par Disteldorff, Marasco, Turchi, Schmit et Pichler. Quelques kilomètres plus loin, dans les derniers hectomètres de la côte de Pafebierg, ultime difficulté du jour, l'avantage de Wolkowicz avait diminué: une trentaine de secondes sur trois poursuivants, Michael Hilgers, Tim De Baene et Max Waltey, et quelques mètres de plus sur un groupe d'une douzaine d'unités. Car l'ancien peloton de tête s'était scindé entretemps, avec le double vainqueur Steve Decloux notamment parmi les principales victimes, tout comme Ludovic Brochard et Sébastien Calmant.

Dans la longue descente vers Hinkel et la vallée de la Sûre, Wolkowicz, Hilgers, De Baene et Waltey se sont fait reprendre par leurs poursuivants et c'est donc un groupe d'une quinzaine de concurrents qui s'est disputé la victoire, dans les derniers kilomètres direction Echternach, et malgré un certain nombre d'attaques, ce petit peloton est resté plus ou moins compact jusqu'à l'arrivée. Ce n'est que dans les ultimes hectomètres qu'il s'est disloqué quelque-peu, après une fulgurante accélération de Michael Hilgers qui remporte la course avec une petite secondes d'avance sur Sven François et deux, voir trois secondes sur, dans l'ordre, Tim De Baene, Boris Odendahl, Luc Turchi et Edgar Nona. Avec Kevin Disteldorff, Ben Philippe et Sven Schmit, trois autres Luxembourgeois figuraient dans ce groupe de tête. Un deuxième petit peloton emmené par Steve Decloux est arrivé une minute et demie de retard sur la place du Marché tandis qu'un plus gros groupe d'une quarantaine d'unités avec notamment Steve Fries et Claude Degano avait près de sept minutes de retard.

Chez les DAMES, la Cyriane Muller a largement dominé la course, après que la championne sortante Anne-Sophie Harsch ne se fasse éliminer de la course au titre par deux crevaisons successives. La multiple championne de Luxembourg, membre du TWC Maaslandster, a terminé la course à la 11ème place seulement, avec près de 20 minutes de retard sur Muller. La Française, spécialiste des labourés qui avait notamment terminé quatrième du cyclo-cross international à Contern, en octobre dernier, et qui est une habituée des Top 10 en coupe de France de la discipline, s'était installé dans un groupe de coureurs masculins qui roulait pour la soixantième place environ, et avait tôt fait de distancer un autre spécialiste de la discipline hivernale, Mara Schwager. La sociétaire et présidente du LP Muhlenbach a disputé bon nombre de cyclo-sportives cet été en préparation à sa saison hivernale et elle était installée dans un groupe qui roulait aux alentours de la centième place du classement scratch, devant la Belge Allison Zava, autre adepte du off-road puisque habituée des courses de VTT en province de Luxembourg ou ailleurs

Dans la dernière côte de la journée, à Pafebierg, Cyriane Muller avait déjà pratiquement course gagnée puisqu'elle devançait Mara Schwager de plus de huit minutes, tandis que celle-ci n'avait qu'une quinzaine de secondes d'avantage sur Zava. En quatrième et cinquième places, Catherine Lejoly et Anne Dabin affichaient un retard de treize minutes, tandis qu'un autre groupe avec la Luxembourgeoise Nina Berton et la Belge Jenny Lanbillion en comptait deux de plus. Cyriane Muller a finalement terminé la course à une très belle 93ème place au classement scratch, à plus de 34 km/h de moyenne et avec moins de 15 minutes de retard sur le vainqueur masculin de la course. Elle devance sa dauphine Allison Zava de 52 places et de près de 10 minutes, tandis que Mara Schwager a dû se contenter de la troisième place féminine, huit positions et quatre secondes derrière la Belge. La très jeune Nina Berton termine première Luxembourgeoise à la sixième place, à 31 km/h de moyenne et une bonne minute devant Romaine Becker, troisième concurrente indigène de cette La Charly Gaul B.

www.rivella.lu www.trifolion.lu www.vew.lu www.chronorace.be www.cactus.lu www.echternach-tourist.lu/ Dossier Sponsoring

Note: "Ce site contient des liens vers d'autre pages internet. Nous n'avons pas d'emprise sur le contenu et la présentation sur ces sites et nous nous distançons donc explicitement du contenu des endroits auxquels tous les liens présents sur notre site peuvent donner accès."
Contact: ACC Contern - c/o M. Alain Conter - 47, Op der Hobuch - L-5832 Fentange - acccontern@gmail.com